Notre expertise


La synergie et le dynamisme fonctionnel entre ces axes de recherche offrent une opportunité particulière au CRSN de documenter avec une grande précision et complétude les multiple faciès de la maladie.
Le CRSN s’est forgé une solide expérience dans :



Conduite des enquêtes ménages
Le CRSN dispose d’un système de surveillance démographique et de santé (SSDS), situé en milieu rural du Burkina Faso depuis 24 ans qui collecte de façon continue des données de routine sur plus de 14000 ménages. Pour mener à bien ces activités de surveillance en milieu rural souvent très difficiles d’accès, le CRSN a développé des stratégies de terrain qui prennent en compte la politique de transport, le développement des ressources humaines, la formation, la motivation et la sécurité au travail des enquêteurs mais aussi des autres catégories socio professionnelles. Les activités du SSDS sont dirigées par un Démographe expérimenté qui a une bonne expérience dans le domaine des enquêtes populationnelles. Des recensements de contrôles sont faits tous les 5 ans pour contrôler l’exhaustivité et la qualité des données collectées. Le SSDS collecte des informations sur les événements vitaux, les informations socioéconomiques, les informations sanitaires et les autopsies verbales pour établir les causes de décès. Le SSDS sert de support pour la collecte d’information sur l’évaluation des interventions de santé, les itinéraires thérapeutiques, la qualité des soins en général et celle de la santé maternelle et infantile en particulier. En plus de cela le CRSN conduit des études longitudinales de morbidité et de mortalité, des dépenses de santé des ménages, des études qualitative et quantitative sur la santé maternelle et infantile.
Le CRSN a également une longue expérience dans la collecte de données météorologique pour mieux comprendre et mesurer l´impact des changements climatiques sur le devenir des maladies infectieuses climato-sensibles. Ainsi, les variables climatiques telles que la température, l’humidité et les précipitations sont régulièrement fournies à partir de 10 stations automatiques réparties sur l’ensemble de la province de la Kossi depuis 2002 et qui sont très utiles à l’étude de la saisonnalité de la maladie.



Analyse et traitement des données
L’ensemble des données collectées depuis 1992 existe sous forme d’une base de données longitudinale et sécurisée par un service en charge de la gestion de l’information (SGI). Le service comprend un Administrateur de base de données avec plus de 10 ans d’expérience dans la conception et la gestion des bases de données, qui est assisté par trois informaticiens expérimentés et formés en analyse informatique sur les méthodes d’études et de réalisations informatiques par sous-3


ensemble. la conception du cahier d’observation (CRF), le développement d’un support informatique destiné à recevoir les données (BD), la randomisation, la saisie des cahiers d’observations (CRF), les contrôles de qualité des données, l’édition et le traitement de requêtes de validation/correction destinées aux investigateurs, l’archivage sont entre autres des activités du SGI. Le parc informatique du CRSN est composé de plus de 30 ordinateurs de bureaux et 18 tablettes (PDA) pour la collecte des données de terrain. L’ensemble du personnel du SGI et du SSDS a été formé à la collecte électronique. La sécurité des données est assurée par un système de sauvegarde automatique quotidien sur deux serveurs.
Procédures de sécurisation et qualité des données du CRSN.
Du terrain à la saisie :
La banque de données du CRSN est construite principalement par des données longitudinales et des données de natures transversales. Pour garantir la qualité des données ainsi que garantir la sécurité de cette banque de données qui concernes les données du SSDS et des projets spécifiques des dispositions sont prises à cet effet.
Les agents de collecte du SSDS, 14 enquêteurs visitent tous les 14 000 ménages pour recueillir les informations. Ils sont assistés dans les villages par 58 informateurs clés (IV). Le travail de chaque agent de terrain est contrôlé par 4 superviseurs de collecte avant le transfert des données recueillies au service en charge de la saisie données (SGI). Pour réduire les erreurs, les enquêteurs utilisent des formulaires d’enregistrement de base de données pré-imprimés pour la collecte. Statutairement les superviseurs devront vérifier la cohérence des données recueillies (contre enquêter) des questionnaires entiers sur le terrain pour d’un échantillon de 5-10% des ménages visités pour assurer la qualité et l’exhaustivité du travail des enquêteurs.
Une fois la collecte réalisée les superviseurs corrigent et valident chaque questionnaire, une procédure permet ensuite le transfert les fiches de collecte pour le traitement et la gestion des données.
Pour la collecte électronique l’accent est mis sur le contrôle les incohérences pendant la collecte et les superviseurs sont chargés de la validation de la collecte avant leur envoi sur le serveur. Les données envoyées sur le serveur seront examiné par des procédures de vérification des inconstances élaborées selon les indications du manuel de l’enquête.
Bases de données
L’analyse préalables des supports de collecte permet la conception des bases de données (SQL Server et MySQL comme SGBD) et la programmation des masques de saisie (C#, Access VBA, PHP, HTML, …. selon la taille et les orientations des projets) permettent un contrôle préalable depuis l’entrer les données. D’autres outils sont aussi utilisés pour la gestion des petites bases de données et des essais cliniques (Ms Access, EpiInfo, EpiData, OpenClinica, …..).
Pour la collecte électronique les données sont collectées sur les bases de données embarquées, et ensuite synchronisées sur un serveur pour être traitées et validées.
L’accès à la banque de données est sécurisées à travers les paramètres des serveurs gérer sous Windows server et Ubuntu pour le server web. Les données sont sauvegardées et archivées sur des disques et supports amovibles, pour les données en cours de saisie des enregistrements sont effectuées généralement en fin de journée et tous les vendredi soir sur supports média (disque et cartouche de sauvegarde).


Cartographie et système d’information géographique
La cartographie et le système d’information géographique (SIG) constituent un ensemble d´outils et de méthodes permettant à l´axe de recherche « Environnement et santé » de mieux comprendre l´hétérogénéité spatiale du risque de la maladie et assorti par la production de cartes thématiques. La production de carte de risque s´accompagne par l´utilisation d´imageries satellitaires à très haute résolution spatiale en couplant le SIG avec la télédétection. Ainsi, de nombreuses couches environnementales sont extraites par le moyen de la télédétection à partir des images satellitaire pour la cartographie des maladies sensibles à la modification et contamination de l´environnement. Pour la construction de sa base de données référencée l´unité du SIG se sert de récepteurs portatifs GPS (système de positionnement global).
A partir de la base de données du SSDS où tous les ménages suivis sont géo-localisés, diverses cartes thématiques sont produites sur la couverture vaccinale, l´utilisation de moustiquaires (MILDA), sur l´accessibilité des ménages aux formations sanitaires, la distribution spatiale de la morbidité et la mortalité palustre, etc. La section a réalisé à la cartographie des ménages enquêtés dans le cadre de l´évaluation du projet pilote de lutte anti larvaire dans la ville de Ouagadougou. Son expertise a été sollicitée par le Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA) pour la cartographie des établissements scolaires des provinces de la Kossi et des Banwa.
A ce titre le CRSN dispose de capacité pour la cartographie des risques de maladies d’intérêt en santé publique. Pour compléter la liste, le CRSN a contribué à la cartographie des risques du paludisme dans la zone de Nouna, la cartographie de la schistosomiase dans la vallée du Sourou (qui est à cheval entre trois province : Nouna – Toma – Tougan)